Amazing people

Julie : ses métiers, son histoire

Sasha :

Coucou Julie, c’est parti pour une petite interview afin de te découvrir davantage, toi, ton métier, tes métiers, en tant que femme d’entreprise et ta philosophie de vie. Alors pour commencer, Julie Raynaud, en quelques mots, qui es-tu ?

 

Julie :

Alors Julie Raynaud est devenue Julie Macé, je suis mariée, j’ai 3 enfants, j’ai 42 ans et je suis Chef d’Entreprise de JBM Consulting et  Fabulous Island,  je vis à l’île Maurice depuis quelque temps.

 

Sasha :

Que faisais-tu avant JBM Consulting ?

 

Julie :

Juste avant j’étais dans les Ressources Humaines, et j’ai fait pas mal de jobs, je bosse depuis très jeune.

 

Sasha :

Est-ce que tu peux nous expliquer le projet JBM Consulting et que veut dire JBM Consulting ?

 

Julie :

Alors, le projet JBM Consulting,  j’en parle ouvertement parce que c’est son histoire, même si au départ ce n’est pas forcément drôle. A une période de vie, j’avais 24 ans, le Vendredi 13 Septembre 2002 exactement, ma vie a basculé. J’ai perdu mon papa qui s’est suicidé et j’étais dans les Ressources Humaines. A partir de là j’ai cru que je pouvais continuer dans ce que je faisais. Et puis j’ai toujours eu la chance d’avoir des amis proches, et on s’est retrouvés autour d’un café un jour, après ces évènements assez bouleversants, et je ne sais plus pourquoi, l’une était au chômage, l’autre faisait un boulot qui ne lui plaisait pas, et moi il venait de m’arriver ça.

On s’était rencontré sur les bancs de la FAC en Sociologie, FAC de lettre à Aix-en-Provence, et là on s’est dit : la vie, on ne la veut pas comme ça, il faudrait que l’on fasse quelque chose qui nous plaît, qui nous anime, qui corresponde vraiment à notre envie. On avait une certaine expérience par rapport aux nombreux boulots que nous avions faits, et que nous ne voulions plus faire. Et je sais plus pourquoi, on a dû se faire une liste de ce que j’aime, ce que je n’aime pas, nos compétences,  et là, c’est le premier jour de ma vie que j’utilise le mot RELOOKING. A l’époque j’utilisais très peu internet. Mes deux autres amies (Béatrice et Magali) l’utilisaient un peu plus. Et l’idée est partie de ce café au Prado à Marseille. Donc, suite à cet évènement de vie, je me suis échappée 6 mois à Courchevel retrouver ma sœur. On avait besoin d’être ensemble. J’ai donc travaillé une saison là-bas tout en préparant le projet à distance avec les filles. J’ai fait des rencontres merveilleuses qui ont eu un impact sur mes années de vie. Une s’est formée pendant que j’étais à Courchevel. On a commencé à chercher les locaux en juin puisque la saison se terminait en avril. Malheureusement encore une fois la vie m’a bousculé (c’est ce que je disais à l’époque ; aujourd’hui je comprends pourquoi). J’ai perdu ma maman 8 mois après mon père, le 4 juillet 2003. Du coup, ça a décalé le projet, mais on s’est tenu les coudes avec les filles, et j’ai vécu ce projet comme une naissance autour de la mort. J’ai donc fait ma formation en septembre avec l’une des filles.

On a trouvé le local en septembre / octobre, on a fait les travaux. On était situé Rue Mignet à Aix en Provence, à l’époque il était très important d’avoir un local, parce que le concept du Conseil en Image de Soi n’existait pas du tout, et ce n’était absolument pas dans les mentalités . Il n’y avait que Christina Cordula . On en entendait parler surtout à Paris, et on devait avoir 2 concurrentes dans la Région. Et fin 2003, début 2004, on a ouvert les portes de notre Agence de Conseil en Image Personnelle et Professionnelle.

 

Sasha :

Et justement, tu nous parlais d’études, de formation, de qualification. Peux-tu nous en dire plus ?

 

Julie :

Alors en commun nous avons une licence et maîtrise de sociologie. C’est justement sur les bancs de la FAC que nous nous sommes rencontrées toutes les trois en 1996. Ensuite me concernant, un cursus en Ressources Humaines, et nous avons suivi une formation de Conseil en Image et Communication. Une de nous 3 était déjà dans la formation. C’est pour cela que nous l’avons développé très rapidement. Nous souhaitions absolument transmettre et intégrer la Formation, mais je n’en n’avais jamais fait en tant que formatrice, j’ai donc fait des formations en complément le soir des formations de leader ship, communication et  prise de parole. Et je me suis formée sur le terrain, comme une évidence. Donc le projet naît de cette association, surtout à cette période de vie. Nous étions toutes les 3 dans l’impulsion, c’était merveilleux. C’est vraiment pour moi une belle histoire. Après on n’avait pas forcément pensé à notre vision chacune de l’entreprenariat. Au bout de 6 mois, on s’est séparé de Béatrice, et avec Magali, on s’est séparé en 2007 (seulement dans l’Association), nous sommes  restées très amies. Donc depuis 2007 je travaille seule pour JBM Consulting et j’ai gardé le nom car c’est la naissance de cette belle histoire.

 

Sasha :

Qu’est-ce que le Conseil en Image de Soi ?

 

Julie :

Le Conseil en Image de Soi, c’est très simple, c’est apprendre à une personne à mieux se connaître : mieux connaitre son corps, ses proportions, sa forme de visage, sa carnation naturelle, découvrir ses styles, sa personnalité, et apprendre, grâce aux outils que l’on utilise quotidiennement (les couleurs, le vêtement, le maquillage, la coiffure, les accessoires) à adapter tout ça à soi. Ce qui veut dire, comprendre aussi qu’on ne peut pas tout porter, qu’il y a des choses qui nous vont, et d’autres qui ne nous vont pas. Mais que quoiqu’il arrive, on apprend et on découvre ensemble ce qui nous convient le mieux. Donc c’est vraiment valoriser au mieux la personne. Sauf qu’à l’époque c’était pas du tout perçu comme cela. Quand on parlait de Conseil en Image Relooking, les gens se disaient : « oh la la, mais qu’est-il y a ? J’ai quelque chose qui ne va pas ? Qu’est-ce qu’il faut que je change ? »

Donc on est loin de changer et de transformer, même si ça arrive, on est vraiment sur la découverte de soi, et toutes les 3 en commun, on a choisit ce métier (alors même si on aimait la fringue, se maquiller, se coiffer) c’était vraiment grâce à des outils qu’on utilise tous les jours. Donc la force de l’Image sur notre être profond. Il y a vraiment une part très sociale et humaine dans ce domaine qui n’était pas forcément connue à l’époque.

 

Sasha :

Et justement peux-tu nous parler des formations que tu enseignes ?

 

Julie :

Alors je suis Centre Agréé, donc j’accompagne à la fois les particuliers, et je donne aussi des Formations Professionnelles sur une semaine, et  des Ateliers.

Les Formations Professionnelles agréées permettent, comme je l’ai fait moi-même à l’époque à Nice, de former les gens, que ce soit un particulier ou un professionnel déjà dans l’exercice ce ses fonctions (un thérapeute, un diététicien, une coiffeuse, une vendeuse de prêt-à-porter ou en totale reconversion professionnelle) d’apprendre le métier que je fais.

 

Sasha :

Quelle est ta clientèle chez JBM Consulting entre Entreprise et Particuliers ?

 

Julie :

Chez le particulier, il y a vraiment de tout : homme, femme, ado. Ma plus jeune cliente en Atelier, c’était 12 ans, en forfait individuel c’était 14 ans et la plus âgée c’est 70 ans. Et la richesse et le bonheur absolu dans tout ça, c’est que les personnes qui venaient à moi ou à nous, on choisit la remise en question, la découverte de soi, même si c’est un chemin qui n’est pas forcément facile pour faire de son image un atout, une force. Quand je dis un atout, ce n’est pas seulement être beau, être à l’aise dans ses baskets, c’est vraiment renvoyer une image en accord avec soi, avec qui on est. Donc c’est toujours  la recherche de soi et la connaissance de soi. Cela fait partit de n’un cheminement personnel.

 

Sasha :

Tu cites sur ton site que tes formations sont une cascade d’effets bénéfiques, c’est-à-dire ?

 

Julie :

Une cascade d’effets bénéfiques, que ce soit en forfait individuel, en formations professionnelles, et en Entreprise aussi, pour former des équipes au bien-être dans le milieu professionnel. C’est devenu indispensable aujourd’hui. Et j’ai également beaucoup travaillé dans le milieu associatif, avec les Missions Locales depuis le tout début, pour accompagner les jeunes ou les moins jeunes dans les services d’Insertion et de réinsertion, dans les Cités, les ZEP, les lycées,  à avoir confiance en eux, et grâce aux mêmes outils qui ne nécessitent pas forcément d’ avoir des moyens, arriver à se mettre en valeur. C’ est accessible à tous. C’est apprendre qu’avec peu, on peut être soi et se sentir en confiance, se vendre personnellement comme professionnellement.

Pour répondre à ta question, la cascade d’effets bénéfiques c’est déjà la magie des groupes qui se créent lors des formations, puisqu’aujourd’hui, c’est ce que je fais essentiellement étant donné que je travaille sur deux continents.  C’est aussi les personnes qui viennent se retrouver dans mes formations, que ce soit pour des problématiques communes, parce qu’on en a tous, au-delà de la recherche de soi. Ca va bien au-delà de l’apprentissage d’un métier. Il y a des personnes qui viennent sans forcément exercer après mais c’est un cheminement personnel. Généralement les formations débutent le mardi à 9h30, on boit le café, et à la première pause, tout le monde est déjà détendu, tout le monde se tutoie, j’aime que les gens soient à l’aise, j’aime les mettre en confiance. Il y a très rapidement cet esprit de convivialité, et du coup il se créé énormément de choses entre chaque participant et ça, c’est vraiment la force de ces formations. Les cascades bénéfiques, c’est ce qu’il se passe humainement. Physiquement, c’est technique, c’est basique, c’est pour cela que les formations sont courtes. Ce sont des jeux d’équilibre, des jeux de couleurs en fonction de qui on est, sa couleur de cheveux, des yeux, sa peau, mais ce qui se créé, c’est vraiment cette bienveillance et cette écoute entre des gens qui ne se connaissent pas du tout et qui viennent de tous les coins de la France, voire plus loin. Et encore je ne parle pas Anglais  sinon je pourrais davantage développer mes formations,  mais c’est dans mes projets aussi. Il y a une énergie incroyable. Alban est toujours surpris de ce qu’il se dégage de ces formations et le bienfait que ça peut avoir également sur moi. C’est une énergie communicative.

 

Sasha :

Tu as un autre métier, il s’agit de Fabulous Island, c’est une ligne de vêtements qui est aussi une philosophie de vie. En quelques mots comment décris-tu l’esprit JBM Consulting et Fabulous Island ?

 

Julie :

JBM c’est l’image de Soi, la confiance en soi, la richesse humaine, le partage et Fabulous Island ce serait vraiment la créativité, le partage aussi, à travers cette philosophie de vie que l’on décide de partager, le voyage, la  lumière parce qu’on en a tous besoin. L’image, comme je le disais tout à l’heure, ça peut être la force d’un outil comme le vêtement, ce que ça peut créer sur soi. Si on se lève un matin qui n’est pas un bon jour, ça nous arrive tous, si tu te plantes de vêtements, toute la journée tu vas te trouver dégueulasse,  tu es de mauvaise humeur, tu es mal dans ta peau, ça peut te rendre plus triste et un simple vêtement, une simple bonne couleur peut t’apporter de la joie et surtout un regard différent sur toi. Et ça, c’est la puissance du vêtement, que ce soit chez JBM ou Fabulous Island. Et Fabulous Island, le petit plus, c’est aussi les messages à travers les valeurs qu’on transmet dans le style de notre marque. Ce n’est pas une simple marque textile, c’est un état d’esprit : on aime vivre, rire, on aime les amis, on aime partager, on aime voyager, la nature, le bien-être. Donc c’est essayer à travers notre marque de pouvoir transmettre tout cela.

 

Sasha :

Je sais que ça va être difficile de répondre, mais quel est ton meilleur souvenir liée à ton activité de JBM Consulting ?

 

Julie :

Oh la la… il n’ y en a pas de meilleur, ils sont tous tellement uniques , mais je dirai la profondeur d’un sourire quand je fais de l’accompagnement shopping et qu’une personne a changé de tenue par rapport à la prospection que l’on a fait avant , en fonction de ses caractéristiques, de ses souhaits, son budget, et ce moment où elle se regarde dans le miroir. Et je dis toujours à mes élèves en formation, oui c’est notre job,  mais il n’y en a pas beaucoup des jobs comme cela. Ça vaut tout l’or du monde. De sentir une personne qui se sent heureuse et bien, pour moi ça n’a pas de prix.

 

Sasha :

Et justement pourquoi aimes-tu ton travail et pourquoi n’en changerais-tu jamais ?

 

Julie :

Alors je dirais pour deux points importants : le premier, c’est parce que j’aime les gens, et ce, depuis toute petite. J’aime ce qu’ils sont, par forcément ce qu’ils font, mais qui ils sont. Dans mon métier, ils arrivent avec des casquettes différentes mais ils sont eux-mêmes et ils sont là pour laisser transparaître leur personnalité. Il n’y a pas de blocage, pas de barrière. Il y a des profils tellement différents qui viennent à moi mais tout le monde est au même niveau et j’aime ça. Et le deuxième, c’est quelque chose que je comprends de mieux en mieux au fil de mon cheminement de vie, je dirai que c’était et c’est MA MISSION. J’ai encore beaucoup de choses à apporter autour de l’image qui est vraiment le fondement de la confiance absolue. Quand je parle d’image, je ne parle pas seulement d’image extérieure, mais c’est surtout qui on est. La matière. Et ça c’est plus fort que tout pour l’image de soi qui est un socle de vie.

 

Sasha :

Peux-tu nous exprimer du coup ta philosophie et tes valeurs ?

 

Julie :

Mes valeurs les plus importantes : la justice, le respect, la famille, l’amour, la générosité.

Ma philosophie de vie qui a été évolutive, on essaie de faire au mieux, on grandit, et on grandit toujours : essayer d’être en accord avec soi, d’être en équilibre avec qui on est et sa propre existence. Pouvoir évoluer et transmettre à nos enfants, si on a choisi d’en avoir, ce n’est pas le cas de tout le monde, mais aussi transmettre plus grand. Ca fait 18 ans que je fais ce métier, j’ai donnée beaucoup  de stages dans les écoles de coiffure, d’esthétique, je me déplaçais dans toute la France. C’est avant tout des rencontres, à peu près une centaine de femmes par an, c’est donc apporter à mon échelle quelque chose au niveau de chacun, même si ce n’est qu’un sourire, même si la personne, le lendemain, ou dans sa vie ne remettra pas les bonnes couleurs. Sans avoir d’objectifs précis, c’est avant tout apporter quelque chose de bien .

 

Sasha :

Quelle est ta valeur ajoutée, ta touche personnelle chez JBM Consulting ?

 

Julie :

Je dirai la convivialité et l’accessibilité. Au vu des échanges que j’ai avec mes élèves ou mes clientes, ce qui ressort le plus lorsque nous faisons le bilan, c’est la convivialité.

La convivialité, ca veut dire la simplicité, la transparence, la bienveillance, le partage, l’écoute.

 

Sasha :

Ton projet le plus fou ?

 

Julie :

Notre projet le plus fou c’est notre projet de vie avec mon mari. Fou, je ne sais pas mais un projet de vie c’est énorme déjà, c’est dans ce sens-là que je dirai fou, c’est de créer un lieu de vie, Maison Fabulous Island. On y travaille intensément pour pouvoir accueillir des personnes qui souhaitent partager nos valeurs de vie, pour être dans tout ce que je viens de dire , dans l’évolution de soi dans cette vie, de partager des moments de vie, que ce soit de fêtes, d’Atelier Image de Soi, de Ressource auprès de la nature, auprès de personnes qui ont à donner aussi que je côtoie depuis toute une vie qui ont des ressources d’accompagnement incroyables pour la même mission que nous. Marcher ensemble pour planter des germes avec mon mari et notre famille parce que les enfants ont un rôle important dans ce projet fou.

 

Sasha :

On l’a bien compris, tes deux métiers sont très complémentaires. Comment souhaites-tu que les gens se sentent en sortant de JBM Consulting et en portant du Fabulous Island ?

 

Julie :

Heureux, bien dans leur peau, épanouis, en joie, en confiance car la confiance en soi reste une base très importante.

 

Sasha :

Et si on parle avenir, on l’a bien compris avec le projet Maison Fabulous Island, dans quelle direction vas-tu, allez-vous ? le développement ? l’évolution ?

 

Julie :

La Direction, c’est de trouver le lieu,  au départ grâce à notre marque purement textile, pouvoir créer des produits qui sont en accord  avec la protection de la planète et JBM Consulting, je vais continuer différemment au vue de la crise sanitaire, et mon impossibilité de rentrer en France. Cette crise a un sens pour tous, pour moi c’est de poursuivre mon accompagnement et transmettre mais graduellement,  d’une autre façon. Je vais développer mes Ateliers en ligne et ensuite relier tout ça dans ce fameux lieu de vie. Avec la COVID tout est au ralenti mais on est à la recherche et on fait confiance à ce qui se présentera à nous pour créer ce projet qui a un sens profond à nos yeux. io

 

 

Sasha :

Justement, comment gères-tu la distance ? Fais-tu des coachings en ligne ?

 

Julie :

Pour l’instant je suis sur la création de la mise en ligne. Il est important pour moi que je prenne le temps et que je fasse mon propre chemin. La vie est assez bousculante ces derniers temps dans notre famille. J’ai beaucoup de demandes pour faire des formations en ligne, ce concept me semblait irréalisable il y a peu de temps , comme je le disais tout à l’heure, la valeur ajoutée dans ces formations c’est la convivialité, donc il est important pour moi de créer des formations en ligne sans distance. Et ce que je vis aujourd’hui, moi, personnellement, notre famille aussi, permet aussi de construire ces nouvelles formations (je ne sais pas si je garderai le terme « formation », je verrai) construire ce que je vais apporter de nouveau. Mais je passerai en ligne oui, et ça peut avoir une ouverture plus grande donc c’est positif. Je fais confiance à ce qu’il m’arrive et à ce qui  va se passer.

 

Sasha :

Comment la valorisation de l’image ressort à travers Fabulous Island ?

 

Julie :

A travers les produits que mon mari créé, car c’est lui le créatif. Lorsqu’il me demande mon avis sur les valeurs des messages à porter, sur les couleurs, sur les coupes, on doit s’adapter aux différentes morphologies. Nos pièces doivent être accessibles au maximum de personnes. Au-delà du style assez vintage, rock etc… Ma partie c’est la communication et la manière dont je souhaite faire passer des messages qui ont du sens pour nous à travers Fabulous Island. Comme je le fais en coaching depuis 18 ans , accompagner un maximum de personnes grâce aux réseaux  , j’ai toujours cru que nous pouvions utiliser ces outils virtuels au réel , à la profondeur de l’être, à la lumiere, à l’humain, selon notre manière de les utiliser.

 

Sasha :

As-tu une astuce à nous dévoiler pour être bien dans son corps et dans sa tête ?

 

Julie :

Porter les bonnes couleurs. Connaître sa colorimétrie, les couleurs qui vous valorisent au mieux près du visage en fonction de votre couleur de peau, des yeux, et des cheveux naturels. Vous pouvez avoir un simple tee-shirt et un short, si le tee-shirt est de la bonne couleur, il vous mettra en valeur. La colorimétrie est la base de tout.

 

Sasha :

Et le mot de la fin, as-tu une ou des citations que tu affectionnes particulièrement ?

 

Julie :

Qu’est-ce que le bonheur, sinon l’accord vrai entre un Homme et l’existence qu’il mène ? d’Albert Camus

C’est pas parce qu’ils sont nombreux à avoir tort qu’ils ont raison de Coluche. Je le dis très régulièrement à mon fils celle-ci.

Une nourriture indispensable à l’âme humaine est la liberté de Simone Veil.

Aujourd’hui si on peut malgré tout ces enfermements, cette atteinte à la liberté, trouver sa propre liberté, ne serait-ce sa liberté intérieure, alors c’est un très très long travail qui peut bousculer, mais qui est vraiment indispensable.

 

Sasha :

Merci beaucoup Julie pour le temps que tu nous a accordé aujourd’hui, nous sommes vraiment ravis d’en savoir plus sur toi, tes métiers et on se dit à bientôt pour une nouvelle interview sur des nouveaux thèmes liés à ta philosophie.

 

Julie :

Merci beaucoup Sasha

 

Interview par Sasha Adjiman Attachée de presse de l’Agence AS Agency RP www.asagencyrp.com

Partager l'article