Lifestyle

Un bureau sur la plage

Cette image d’un ordinateur posé sur une petite table, face à la mer, soleil couchant, c’est un peu le job de rêve que nous avions en tête, Julie et moi quand nous avons décidé de partir pour l’aventure Fabulous Island.

Vivre sur une île, plus ou moins au soleil toute l’année, profiter de nos enfants et d’un rythme de vie plus calme et tranquille c’est un projet que nous avons pris le temps de mettre en place. Une fois arrêtée l’idée de s’expatrier en famille, il nous a fallu trouver où aller et comment le faire sereinement sans crainte pour l’avenir ou pour nos enfants. Nous allons donc vous expliquer ici comment nous avons organisé notre vie professionnelle pour pouvoir partir, et quels ont été les critères décisifs dans notre choix.

 

Organiser notre travail en France

 

Le planning des enfants et le nôtre

Une des idées fondatrices du projet, c’était de ne plus nous séparer de nos enfants. Il nous fallait donc caler tous les deux nos activités en France sur les vacances scolaires pour pouvoir faire les allers-retours en famille. Nous avons la chance d’avoir nos proches à proximité de notre lieu de travail à Aix-en-Provence, les enfants peuvent donc profiter de la famille et des copains qu’ils ont laissés en France pendant que nous travaillons là-bas.

Continuer à gérer chacun notre entreprise tout en vivant à l’étranger a demandé un peu de réorganisation. Julie, qui dirige un centre formation de conseil en image personnelle et professionnelle depuis presque 15 ans maintenant (www.jbm-consulting.com pour les curieux), a rationalisé son emploi du temps de façon à concentrer son activité en France sur les vacances des enfants et a mis en place un réseau de collaboration avec des Conseillers en Image qu’elle a formé et suivi depuis plusieurs années.

Pour moi, agent de marques depuis 15 ans, j’ai réduit mon activité en France au maximum que je gère à distance et en optimisant au mieux mon temps de présence sur le sol Français. Ceci a été possible car je possède sur place une équipe en qui j’ai toute confiance et avec laquelle je peux dialoguer régulièrement.

Cette nouvelle organisation a bien sûr entraîné quelques sacrifices (11h de vol tout de même ! mais de nuit avec un verre de vin rouge tout va bien !) car nous voulions garder les liens professionnels forts, existant avec nos entreprises et nos clients.

 

LE CHOIX DE L ÎLE MAURICE

Une fois décidés à vivre sur une île, nous avons dû choisir laquelle. En fait, au fur et à mesure des discussions, l’Ile Maurice s’est imposée à nous comme le petit paradis que nous recherchions tant.

 

La capacité de production et la fiabilité des usines textiles

J’étais déjà venu plusieurs fois à l’Ile Maurice pour des raisons professionnelles. Ces voyages m’avaient permis de nouer des relations de confiance solides avec les partenaires textiles mauriciens et me permettaient de prévoir sereinement la production et le développement de Fabulous Island. C’était aussi le cas d’autres îles mais l’Ile Maurice offrait bien d’autres avantages.

 

La question linguistique

L’Ile Maurice a la particularité de ne pas avoir de langue officielle dans sa constitution. L’administration mauricienne utilise l’anglais, c’est également la langue principale de l’enseignement et des affaires à Maurice, mais la majorité de la population est francophone. Pour nous comme pour les enfants, il est facile de communiquer avec les locaux dès l’installation et c’est vraiment un point très important pour nous.

 

Les infrastructures sur l’île

Je ne vous parlerai pas des sublimes plages de sable blanc, des eaux turquoises, du climat doux et chaud toute l’année dans cet article, car nous aurons l’occasion d’y revenir.

Sachez cependant qu’au delà des cartes postales, Maurice offre de solides infrastructures et des banques internationales présentent sur tout le territoire, que la totalité des villes sont en train d’être reliées par la fibre optique, qu’on y trouve des hôpitaux et dispensaires gratuits pour tous les résidents et des cliniques internationales très bien équipées en cas d’urgence.

Socialement, nous avons été séduits par le mélange des cultures et l’accueil bienveillant des mauriciens. Toutes les religions et de nombreuses nationalités cohabitent à Maurice en bonne intelligence, avec un projet commun de développement de l’île, et c’est vraiment un point qui a beaucoup compté pour nous.

 

L’enseignement à l’Ile Maurice

On trouve des établissements primaires et secondaires conventionnés avec l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger – AEFE), ces établissements suivent les programmes des établissements français et la rentrée s’y fait en septembre, comme en France. Pour ceux qui veulent mettre leur enfant dans des écoles internationales, on en trouve aussi plusieurs sur l’île de très bonne réputation. Et depuis quelques années, de grandes universités internationales ont commencé à installer des antennes à Maurice pour étendre leur rayonnement sur le continent africain, c’est entre autre le cas de Vatel, Centrale Nantes, ou plus récemment l’université du Middlesex.

 

Les possibilités de développement local de nos activités

Le dernier point très important pour nous, c’est que l’Ile Maurice abrite une population d’environ 1,2 million d’habitants aux revenus en croissance, une île en pleine expansion sur laquelle nous développons de nouvelles activités en rapport avec celles que nous exerçons en France. Et puis, nous vous parlerons un jour de notre « projet de vieux » (vous savez, celui de quand-les-enfants-seront-grands-et-qu’on-se-retrouvera-en-amoureux…)

 

Cela dit, cet article ne serait pas vraiment fini si j’oubliais de vous parler de notre coup de cœur : ce déclic « What a Fabulous Island !» quand nous sommes arrivés ici et qui ne nous a plus quittés. Il y a en Méditerranée de nombreuses îles magnifiques et accueillantes qui se prêtaient tout à fait à des projets comme le nôtre mais c’est ici que nos pupilles sont restées accrochées par le rivage…

Alban

Partager l'article